Une Valse fortuite (Случайный вальс)

play_circle_filled
pause_circle_filled
Случайный вальс — Олег Дзюба, 2010
volume_down
volume_up
volume_off

Le soir est court,
Le ciel est lourd,
Votre main inconnue tient la mienne,
On est deux, sans personne autour.
Après la peur,
Le bourg s’endort,
J’ai suivi de petits sons d’une valse,
Je suis là avec vous pour une heure.

On n’a pas encore fait connaissance,
Ma maison est à longue distance,
Et pourtant il me semble
Que la valse nous rassemble.
Dans cette salle si vide
Nous dansons tout timides,
Et nos yeux parlent ensemble :
J’entends pas c’que vous dites.

Qu’on tourne là !
Loin des éclats
J’ai perdu l’habitude de danser,
Je demande pardon pour cela.
Le petit-matin,
Je s’rai en train
De quitter votre petite ville,
De passer devant votre jardin.

On n’a pas encore fait connaissance,
Ma maison est à longue distance,
Et pourtant il me semble
Que la valse nous rassemble.
Dans cette salle si vide
Nous dansons tout timides,
Et nos yeux parlent ensemble :
J’entends pas c’que vous dites.

Ночь коротка,
Спят облака,
И лежит у меня на ладони
Незнакомая ваша рука.
После тревог
Спит городок,
Я услышал мелодию вальса
И сюда заглянул на часок.

Хоть я с вами совсем незнаком,
И далёко отсюда мой дом,
Я как будто бы снова
Возле дома родного.
В этом зале пустом
Мы танцуем вдвоем,
Так скажите хоть слово —
Сам не знаю, о чем.

Будем кружить,
Будем дружить!
Я совсем танцевать разучился,
И прошу вас меня извинить.
Утро зовет
Снова в поход,
Покидая ваш маленький город,
Я пройду мимо ваших ворот.

Хоть я с вами совсем незнаком,
И далёко отсюда мой дом,
Я как будто бы снова
Возле дома родного.
В этом зале пустом
Мы танцуем вдвоем,
Так скажите хоть слово —
Сам не знаю, о чем.

Lа nuit est courte,
Les nuages dorment,
Et dans ma paume couche
Votre main inconnue.
Après les tremblements,
Le bourg dort,
J’ai entendu la mélodie d’une valse,
Et je suis passé par là pour une petite heure.

Même si je ne vous connais pas du tout,
Et ma maison est loin d’ici,
C’est comme si je suis de nouveau
Près de ma maison paternelle.
Dans cette salle vide
Nous dansons à deux,
Dites-moi donc un seul mot —
Je ne sais même pas lequel.

Qu’on tourne,
Qu’on soit amis !
J’ai complètement perdu l’habitude de danser,
Et je vous prie de m’excuser.
Le matin m’appelle
De nouveau en campagne,
En quittant votre petite ville,
Je vais passer devant vos portes.

Même si je ne vous connais pas du tout,
Et ma maison est loin d’ici,
C’est comme si je suis de nouveau
Près de ma maison paternelle.
Dans cette salle vide
Nous dansons à deux,
Dites-moi donc un seul mot —
Je ne sais même pas lequel.